SEPTEMBRE

Une nouvelle chaire est créée à la Thomas More Hogeschool Kempen

Une nouvelle chaire est créée à la Thomas More Hogeschool Kempen

Une des exigences posées par les communes de Dessel et Mol pour accepter le stockage en surface est de maintenir le know-how nucléaire dans la région. La création de LIBRA avec la collaboration de la Thomas More Hogeschool Kempen constitue un premier pas dans la réalisation de cet objectif. 

La région de Mol-Dessel-Geel est connue pour accueillir depuis des décennies une grande diversité d’entreprises ou d’organisations actives dans le domaine du nucléaire telles que le Centre d’études de l’énergie nucléaire (SCK•CEN), Belgoprocess, la filiale industrielle de l’ONDRAF, The Institute for Reference Materials and Measurements (IRMM), la Belgonucleaire ou encore la Franco-Belge de Fabrication du Combustible (FBFC-I). Si Belgonucleaire et FBFC-I ont décidé de mettre fin à leurs activités, de nouvelles activités nucléaires s’apprêtent à voir le jour, notamment dans le contexte du futur stockage en surface des déchets de catégorie A, à Dessel, un projet qui s’étalera sur de nombreuses décennies.

 

Il est capital de pouvoir maintenir, dans la région, les connaissances, le savoir-faire et l’expertise nécessaires pour mener à bien ces activités, en toute sûreté. C’est dans cette intention que la Thomas More Hogeschool Kempen a décidé, en association avec les partenariats STORA et MONA et l’ONDRAF, de créer un nouvel enseignement entièrement consacré à la gestion des déchets radioactifs intitulé LIBRA pour Leer- en Infopunt voor Radioactief Afval. Cette initiative vise, bien entendu, en premier lieu, les jeunes générations parmi lesquelles se trouvent les scientifiques et les techniciens de demain.

 

Des étudiants de section Management et gestion financière, ont planché sur le business plan du futur parcours de communication Tabloo. Leurs condisciples de la section Marketing ont vérifié le niveau de connaissances dont disposent les populations locales pour tout ce qui a trait à la gestion des déchets radioactifs en cherchant à déterminer leurs besoins en informations complémentaires.

Les étudiants de la Thomas More Hogeschool en apprennent plus sur les déchets radioactifs.

Mais LIBRA s’adressera également aux populations et, plus particulièrement aux populations locales qui pourront, lors de sessions d’information, en apprendre plus sur les déchets radioactifs. La toute première de ces sessions d’information à l’attention du public s’est tenue le 15 décembre 2016.